Votre appréciation relativement aux mesures incitatives mises en place par le gouvernement dans le secteur agricole

Nous apprécions à leur juste valeur les mesures incitatives du gouvernement par le biais du FNDA. Ce sont des mesures qui motivent les SFD que nous sommes. L’activité agricole comporte de risques que nous n’osions pas y aller. Mais avec ces mesures d’accompagnement plus spécifiquement la garantie qui n’est souvent pas évidente au niveau des promoteurs, nous SFD ne pouvons que remercier le gouvernement. En clair, toutes ces mesures nous galvanisent et nous rassurent.

Après la signature du contrat de partenariat avec le FNDA, qu’est-ce qui est fait à votre niveau pour faciliter l’accès des exploitants agricoles au crédit ?

D’abord, nous remercions le FNDA pour son accompagnement. Nous pensons que c’est un Fonds créé par le gouvernement du Bénin pour nous motiver à aller vers la promotion du secteur agricole. Comme vous le savez, l’activité agricole présente beaucoup de risques, mais depuis que ce Fonds a été mis en place et que nous avons signé un contrat de partenariat avec le FNDA, nous avons le courage désormais de sensibiliser les promoteurs agricoles à accéder à nos produits. Ainsi, depuis la signature de ce contrat, nous sensibilisons les promoteurs agricoles à être vraiment réceptifs par rapport aux demandes de financement des activités agricoles.

Parlez-nous un peu des difficultés que vous confrontez ?

Les difficultés que nous avons actuellement, sont fondamentalement liées à la réticence. Quand bien-même le Fonds est là pour nous garantir le crédit, il y a un peu de réticence d’abord au niveau des promoteurs agricoles et ensuite à notre niveau, nous-mêmes.  Le Fonds est donc en train de travailler pour sensibiliser les SFD. Mais il faut dire que comme nous sommes au début, cela ne prend pas encore comme il se doit.